UNESCO Banner

DIRECTOR-GENERAL OF UNESCO

Le Président du Congo, Président de l’Union Africaine, appelle à une redéfinition du rôle respectif des fonds et programmes des Nations Unies

Le Président du Congo, Président de l’Union Africaine, appelle à une redéfinition du rôle respectif des fonds et programmes des Nations Unies
  • © UNESCO/N. Burke

Le Président de la République du Congo, Président en exercice de l’Union africaine, Denis Sassou Nguesso, a effectué une visite officielle à l’UNESCO les 11 et 12 octobre, en marge de la 175e session du Conseil exécutif.

A cette occasion, il a appelé à une « restructuration profonde du système des Nations Unies », afin que, grâce à une affectation conséquente des ressources, les agences spécialisées voient leur efficacité sur le terrain renforcée.

Au premier jour de cette visite officielle, le 11 octobre, le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, et le Président Sassou Nguesso ont abordé au cours d’un entretien bilatéral des questions d’intérêt commun. Ils ont notamment procédé à un examen de la coopération entre l’UNESCO et l’Union Africaine, d’une part, et entre l’UNESCO et la République du Congo, d’autre part. Une attention particulière a été portée aux activités relevant de la promotion de la paix, de la sécurité et du développement aux plans national, régional et international. La collaboration engagée avec le NEPAD a également été évoquée.

Au cours de cet entretien le Directeur général a exprimé sa satisfaction devant la qualité des relations qui se sont établies entre l’Organisation, l’Union Africaine et le NEPAD, relations qui assurent aux projets prioritaires dans les domaines de l’Education pour tous, des sciences et de la technologie, de la promotion de la diversité culturelle, de la communication, une mise en œuvre appropriée et qui répond aux attentes et besoins réels du continent africain. Le Président Sassou Nguesso a chaleureusement remercié le Directeur général pour le soutien constant que l’UNESCO apporte à l’Afrique en général, et à la République du Congo en particulier.

A l’issue de cet entretien, le Président et le Directeur général ont inauguré l’exposition « Regards sur la culture congolaise », organisée au Siège de l’UNESCO. M. Denis Sassou Nguesso a ensuite assisté à la cérémonie de désignation par le Directeur général du célèbre musicien congolais Jean Serge Essous comme « Artiste de l’UNESCO pour la paix » (voir Avis aux médias N°2006-55).

Le jeudi 12 octobre, le Président de la République du Congo s’est adressé aux membres du Conseil exécutif, aux ambassadeurs bilatéraux, aux Délégués permanents et à de nombreux intellectuels et artistes africains invités à cette occasion.

Le Président de la Conférence générale, M. Musa Bin Jaafar Bin Hassan à l’ouverture de cette manifestation a exprimé sa satisfaction en qualifiant la venue du Président de la République du Congo de « témoignage de la collaboration étroite entre l’Afrique et l’UNESCO » et « d’encouragement pour l’Organisation dans son action en faveur de l’Education pour tous sur le continent africain ». Il a salué le rôle joué par le Président Sassou Nguesso en matière de résolution des conflits et a exprimé son appréciation à l’égard des progrès de la démocratie et de la participation accrue des femmes à la vie politique africaine.

Le Président du Conseil exécutif, M. Zhang Xinsheng, a ensuite souligné la « portée symbolique » de cette visite dans le contexte de la 175e session du Conseil exécutif et de la priorité accordée à l’Afrique dans le projet de stratégie à moyen terme actuellement en cours d’examen par le Conseil. Il a ajouté que les projets d’accord de coopération avec l’UEMOA et la CEA figuraient également à l’ordre du jour de cette session et a salué le rôle majeur du Président Sassou Nguesso dans le rétablissement de la paix dans la région des grands lacs.

Le Directeur général, Koïchiro Matsuura, s’exprimant à son tour, a solennellement réaffirmé la place prioritaire accordée à l’Afrique par l’UNESCO, qui trouve sa traduction dans tous les différents programmes de l’Organisation. Il a une nouvelle fois exprimé sa satisfaction des résultats du Sommet de Khartoum, avec la proclamation de la seconde Décennie de l’éducation pour l’Afrique et la décision, après une session spéciale consacrée à l’éducation et à la culture, de renforcer le lien entre culture et éducation, replaçant, à travers cet engagement politique fort, la culture au cœur de tout processus de développement. « L’UNESCO a participé activement à la préparation de cette session, et je me réjouis de ses résultats très positifs. En effet, c’est sur la base de ses valeurs fondamentales, c’est fort de ses liens avec son environnement, c’est riche de ses croyances et de ses identités, et c’est grâce à une histoire réappropriée et assumée qu’une société peut relever le défi du présent, bâtir durablement son avenir, et s’insérer dans le concert des nations », a-t-il déclaré.

« Vous avez tenu à placer votre mandat à la tête de l’Union africaine sous le signe de la quête permanente et résolue de paix, de sécurité et de stabilité, qui constituent permettez-moi de vous citer « des préalables indispensables à toute entreprise en vue du développement du continent africain ». Votre longue expérience (…), votre attachement aux principes démocratiques, votre engagement en faveur de la recherche de solutions négociées et de la conciliation pour la résolution des conflits et l’apaisement des tensions, aux niveaux national, sous-régional et régional, sont des gages pour la paix, la sécurité et le développement de l’Afrique ainsi que pour l’intégration régionale africaine », a-t-il poursuivi.

M. Matsuura a ensuite réaffirmé l’engagement de l’UNESCO, de soutenir le processus d’intégration régionale. « C’est dans cet esprit que j’ai mis en place différents fora, comme le Comité de l’UNESCO pour le NEPAD, ou le Forum des organisations régionales et sous-régionales africaines – FOSRASUN, afin de promouvoir la concertation, le dialogue et les échanges de vues et d’expériences aux niveaux régional et sous-régional », a-t-il rappelé. M. Matsuura a conclu son intervention en félicitant le Président de la République du Congo pour son « engagement en faveur de la démocratie, du dialogue et d’une culture de la paix font de vous un partenaire privilégié non seulement à l’échelle africaine, mais à l’échelle internationale ».

Au cours de son allocution, le Président Denis Sassou Nguesso a tout d’bord souligné l’actualité du mandat constitutionnel de l’UNESCO, et réaffirmé son engagement à œuvrer pour la paix et la stabilité, seules voies du développement durable. Il s’est félicité de la poursuite de la coopération entre l’UNESCO et l’Afrique qui se traduit par une contribution accrue de l’Organisation au processus d’intégration régionale africaine, à travers de nombreux accords signés avec les communautés économiques régionales.

Le Président s’est tout particulièrement félicité de l’implication de l’UNESCO dans des « enjeux essentiels au développement du continent, tels que les technologies de l’information et de la communication, le VIH et le sida et la drépanocytose ». Il a également remercié le Directeur général pour l’action menée par le bureau de l’UNESCO au Congo en faveur de la refondation multisectorielle du système éducatif, de la formation des enseignants, de l’éducation de base et de l’alphabétisation.

Saluant le rôle crucial joué par les agences spécialisées dans le développement éducatif, culturel et social de l’Afrique, le Président Sassou Nguesso a poursuivi en regrettant « l’époque où les différents fonds des Nations Unies et les institutions de Bretton Woods jouaient pleinement leur rôle qui consistait essentiellement à offrir des ressources aux institutions spécialisées et à contrôler leur bonne utilisation ». « Ce qui n’est malheureusement plus le cas », a-t-il lancé.

En conclusion, il a lancé un vibrant appel à ce que « les fonds et les programmes des Nations Unies soient réhabilités dans leur rôle de mobilisateur et de pourvoyeur de ressources au profit des organisations spécialisées. ».

« Cela demande une restructuration profonde du système des Nations Unies que nous appelons tous de nos vœux. Ainsi, l’UNESCO, l’OMS, l’ONUDI, l’OIT seront plus présentes, plus visibles et plus efficaces sur le terrain », a-t-il conclu.

A l’issue de cette séance, le Directeur général et le Président se sont entretenus avec le Président de la Conférence générale, le Président du Conseil exécutif, plusieurs Ambassadeurs de pays africains de l’UNESCO. La question de la réforme du système des Nations Unies et de ses implications pour le rôle futur de l’UNESCO a été notamment évoquée à cette occasion.

  • Author(s):La Porte-parole
  • Source:Flash info n°157-2006
  • 12-10-2006
Europe and North America Latin America and the Caribbean Africa Arab States Asia Pacific