UNESCO Banner

EDUCATION

Le Directeur général de l’UNESCO ouvre les cérémonies de commémoration en mémore des victimes de l’Holocauste (in French only)

Le Directeur général de l’UNESCO ouvre les cérémonies de commémoration en mémore des victimes de l’Holocauste (in French only)
  • © UNESCO/M. Ravassard
28-01-2009 - Le Directeur général de l’UNESCO, M. Koïchiro Matsuura, a ouvert le 26 janvier 2009 au Siège de l’Organisation les cérémonies organisées à l’occasion de la Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l’Holocauste.

Cette soirée d’hommage, organisée par l’UNESCO et la Délégation permanente d’Israël auprès de l’UNESCO, s’inscrivait dans le cadre de la proclamation par l’Assemblée générale des Nations Unies du 27 janvier (date de la libération du camp d’Auschwitz) comme Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l’Holocauste. Participaient notamment à cet événement Mme Yuli Tamir, ministre israélienne de l’Education, M. Xavier Darcos, ministre français de l’Education nationale, Mme Simone Veil, présidente d’honneur de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, M. Robert Badinter, sénateur et ancien ministre français de la Justice, M. Patrick de Carolis, Président de France Télévisions, et M. David G. Kornbluth, Ambassadeur et Délégué permanent d’Israël auprès de l’UNESCO.

La cérémonie, qui bénéficiait du partenariat de France Télévisions ainsi que du soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, s’accompagnait d’une interprétation par l’Orchestre symphonique de Paris de la symphonie n°3, Kaddish, de Léonard Bernstein, sur un texte inédit de Samuel Pisar.

« Alors que s’achève le cycle des célébrations du soixantième anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, notre Organisation voit là un moment unique de dialogue et de réflexion collective sur notre rapport à l’histoire et à la mémoire », a déclaré le Directeur général dans son allocution d’ouverture.
Rappelant que la résolution 34 C/61 adoptée par la Conférence générale de l'UNESCO en novembre 2007 invitait l’Organisation à explorer, en concertation avec les Etats membres, le rôle qu’elle pourrait jouer afin de « garder vivante la mémoire de l’Holocauste par l’éducation et à combattre toute forme de déni de celui-ci », M. Matsuura a annoncé la parution d’un CD-ROM éducatif mettant à disposition des élèves, des enseignants et du grand public un ensemble varié de documents, informations et liens Internet utiles sur la Shoah. « Cet outil de travail et d’information, facile à manier et multilingue, rassemble des ressources pédagogiques que chacun pourra aisément consulter et utiliser. C’est un premier pas concret, qui doit en appeler de nombreux autres », a t-il précisé.

« Du devoir de mémoire au devoir d’histoire, il y a un fil ténu que nous devons dérouler sans relâche. L’histoire, en effet, est une pédagogie critique qui permet d’expliquer et de comprendre. Elle est à la fois une analyse et un discours qui ouvre les archives, confronte les sources et comble les silences. De ce fait, elle ouvre la voie à une intelligence globale de l’événement qui établit les faits, met en perspective leur singularité et leur complexité. C’est par une telle éducation historique que nous saurons répondre à la demande de mémoire de nos contemporains et donner un projet collectif aux nouvelles générations », a ensuite souligné M. Matsuura.

« Avec cette cérémonie, nous poursuivons un dialogue nécessaire avec les jeunes générations sur le respect de la dignité humaine, la lutte contre toutes les formes de discrimination et d’intolérance, la promotion des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous », a conclu le Directeur général.

Related links

Europe and North America Latin America and the Caribbean Africa Arab States Asia Pacific