Protection des biens culturels en cas de conflit armé

Protection des biens culturels en cas de conflit armé
  • Signe distinctif de la Convention de La Haye

Le patrimoine culturel reflète la vie de la communauté, son histoire et son identité. Le préserver, c'est aider à reconstruire une communauté brisée, rétablir son identité, créer un lien entre son passé, son présent et son avenir.

La Convention pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé adoptée à La Haye (Pays-Bas), en 1954, à la suite des destructions massives infligées au patrimoine culturel au cours de la Seconde Guerre mondiale, est le premier traité international à vocation universelle dédié à la protection du patrimoine culturel en cas de conflit armé.

Avec la Convention a été adopté un Protocole, visant à prévenir l'exportation de biens culturels d'un territoire occupé et exige le retour de ces biens dans le territoire de l'État d'où ils ont été exportés.

La destruction de biens culturels au cours des conflits qui se sont déroulés à la fin des années 80 et au début des années 90, ont mis en évidence certaines améliorations devant être abordées dans la mise en œuvre de la Convention de La Haye. Un processus de réexamen de la Convention a commencé dès 1991, aboutissant à l'adoption d'un deuxième Protocole à la Convention de La Haye en 1999.

 

cultural_heritage_libya_75.gif
  • 24-03-2011
La Directrice générale demande aux forces militaires engagées en Libye d’épargner le patrimoine culturel
Continuer