UNESCO.ORG L'Organisation Education Sciences naturelles Sciences Sociales Culture Communication & Information
                   Prix UNESCO 
             Prix international Melina Mercouri 
                Lauréats 2005

    

Activités culturelles de l'UNESCO dans le monde

Accueil Plan du site Imprimer Envoyer S'Abonner
Lauréats 2005 

Le prix Melina Mercouri attribué tous les deux ans par l'UNESCO et la Grèce, et qui récompense des actions exemplaires de sauvegarde et de mise en valeur de paisages culturels, a été attribué en 2005 au village historique de Maymand (République islamique d'Iran) 

Kicheh.jpg
Entrée des logements taillés dans la montagne © ICHTO

Le village de Maymand (140 habitants) est situé dans la province de Kerman, à proximité de la ville de Babak-Shahr, à plus de 2200 mètres d’altitude (son climat est montagnard tempéré, avec des étés chauds voire très chauds et des hivers rigoureux ; les précipitations se situent autour de 300 à 500 mm par an et sont irrégulières, ce qui explique que le village soit alimenté par deux aqueducs souterrains (des qanats). Maymand est un village construit à même la montagne, dans un milieu aride où le contrôle des ressources en eau a donné lieu à des formes particulières de bâti hydraulique.

La végétation est rase, piquetée d’arbres qui forment un maillage lâche. On y trouve des pistachiers et des amandiers sauvages, qui émergent d’une pelouse dominée par des plantes de la famille des Astragalus. La végétation dans son ensemble est adapté à l’aridité.

Une partie de la végétation a été plantée, notamment certains arbres auxquels est conféré un caractère sacré. Le long des ravines s’égrènent de petites oasis où sont cultivés noisetiers, vignes, jujubes, amandiers, etc. Autour des ces oasis s’étendent des champs cultivés, dont une partie a souffert de sécheresses successives. L’activité d’élevage ovin est importante.

En somme, le paysage de Maymand est celui d’un agro-pastoralisme. Les habitants sont des pasteurs semi-nomades possédant pour certains des terres dans le village occupé en hiver, alors que la population se déplace en été vers les pâturages d’altitude.

Cela étant, les formes d’habitat creusées dans la montagne ne sont pas des refuges temporaires mais au contraire un habitat permanent (habité depuis 2 à 3000 ans). L’architecture liée au pastoralisme (abris de bergers, appelés kapar ou gambeh) et (granges/bergeries) est située aux alentours et fait partie du patrimoine bâti.





   Mission
   Programme
   Qui fait quoi ?
   Réseaux et partenaires
   Prix et célébrations