CULTURE

2.7 L’UPIC de Xenakis


Le compositeur Iannis Xenakis découvre dans les années 1950 l’intérêt des correspondances entre dessin et musique (différentes formes de synesthésies peuvent être rencontrées chez Scriabine ou Messiaen, mais il s’agit alors de correspondances établies dans l’imaginaire. Les rapports entre la vision et l’audition ont également intéressé des poètes - ETA Hoffmann…- et des peintres - Kandinsky…) tant du point de vue formel que de celui du timbre et du motif. Ainsi, les formes hyperboliques paraboloïdes du Pavillon Philips de l’Exposition de Bruxelles de 1958 sont tirées des graphismes de son œuvre orchestrale Metastasis. [Interface]


Le centre CEMAMu, fondé par Xenakis met au point dans les années 1970 une première version de l’UPIC. UPIC signifie Unité Polyagogique Informatique du CEMAMu (Centre d'Etudes de Mathématiques et Automatique Musicales).



coagula.jpg
Le logiciel gratuit Coagula

La musique peut être composée sur une table graphique en dessinant des formes d’ondes et des enveloppes d’amplitude. Le contrôle est effectif de la micro-structure (l’évolution des paramètres de commande de chaque oscillateur) à la macro-structure.En 1987, une version temps réel de l’UPIC est produite par le CEMAMu. L’utilisateur peut ainsi entendre immédiatement la transcription musicale de ses graphiques [ Partition graphique].

Une version sera implémentée sur ordinateur personnel en 1991, puis la première version de l’UPIC entièrement logicielle est créée sous le nom d’UPIX en 2001 [Techniques d'analyse-synthèse; Informatique musicale].

A la mort de Xenakis, Julio Estrada prend la direction du CEMAMu et propose une extension du principe de saisie graphique à tous les paramètres de la musique et d’élargir l’ambitus utilisable de façon à réaliser un continuum rythme-timbre (des sons extrêmement graves finissent par devenir des grondements, puis des battements).

De nombreux compositeurs et élèves en composition ont fréquenté les Ateliers UPIC (fondés en 1985), rebaptisés CCMIX en 2000. Il est actuellement dirigé par le compositeur Gérard Pape. L’idée de lier la musique à la représentation graphique a été reprise par des logiciels comme Metasynth.

Le logiciel gratuit Coagula permet de s’initier aux transformations images-sons.


Sommaire

Partie suivante> 8. De Syter aux GRM Tools
(Retour au menu de la session 2: Une nouvelle lutherie)





© 2008 - UNESCO