UNESCO.ORG | Education | Sc. exactes & nat. | Sc. soc. & humaines | Culture | Communication & Info.

WebWorld

graphic element 1

Communication et information Ressources

graphic element 2

Actualités

Communication et information – Service des actualités

La Directrice générale de l’UNESCO déplore la mort du photographe français Lucas Mebrouk Dolega

19-01-2011 (Paris)
La Directrice générale de l’UNESCO déplore la mort du photographe français Lucas Mebrouk Dolega
La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a déploré aujourd’hui le décès du photographe français Lucas Mebrouk Dolega qui a succombé le 17 janvier aux blessures reçues alors qu’il couvrait les manifestations de rue en Tunisie.
« La mort tragique de Lucas Mebrouk Dolega nous rappelle les conditions de travail difficiles et dangereuses qui sont celles des professionnels des médias. Elle nous rappelle aussi à quel point leur travail est important », a déclaré Irina Bokova.

« Les journalistes sont les témoins des événements qui façonnent nos vies et nos sociétés. Leur travail contribue au développement d’une prise de décision transparente et responsable, une des exigences des citoyens d’aujourd’hui. Partout, les autorités nationales se doivent de garantir que les médias puissent faire leur travail de la façon la plus sûre possible. J’exhorte à ce que tout soit fait pour apporter toute la lumière sur les circonstances du décès de Lucas Mebrouk Dolega ».

Lucas Mebrouk Dolega, âgé de 32 ans, travaillait comme photographe pour l’European Press Agency (EPA). Selon le réseau d’Échange international de la liberté d’expression (IFEX) et Reporters sans frontières, le photographe a succombé le 17 janvier aux blessures causées le 14 janvier par une grenade lacrymogène, reçue alors qu’il couvrait les manifestations à Tunis.

L’UNESCO est la seule agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».
Pays/thèmes connexes

      · Liberté de la presse
      · Tunisie
      · Mémorial UNESCO des journalistes assassinés
      · CI - Magazine hebdomadaire
Partager cet article :
  • co.mments
  • del.icio.us
  • digg
  • Furl
  • Ma.gnolia
  • NewsVine
  • Reddit
  • Shadows
  • Simpy
  • YahooMyWeb