UNESCO.ORG | Education | Sc. exactes & nat. | Sc. soc. & humaines | Culture | Communication & Info.

WebWorld

graphic element 1

Communication et information Ressources

graphic element 2

Actualités

Communication et information – Service des actualités

La Directrice générale condamne l’assassinat du journaliste brésilien Francisco Gomes de Medeiros

26-10-2010 (Paris)
La Directrice générale condamne l’assassinat du journaliste brésilien Francisco Gomes de Medeiros
La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a condamné l’assassinat du journaliste Francisco Gomes de Medeiros survenu le 18 octobre à Rio Grande do Norte (Brésil) et demandé qu’une enquête approfondie soit menée sur ce crime.
« Je condamne l’assassinat de Francisco Gomes de Medeiros », a déclaré Irina Bokova. « Il a été tué parce qu’il faisait son devoir de journaliste en couvrant un fait-divers. Il est mort en défendant le droit fondamental à la liberté d’expression, pierre angulaire de toute société démocratique. J’en appelle aux autorités brésiliennes pour mettre tout en œuvre afin d’enquêter sur cet assassinat et d’appréhender les coupables ».

D’après les informations de l’Association inter-américaine de la presse (IAPA), Francisco Gomes de Medeiros, 46 ans, a été tué le 18 octobre vers neuf heures du matin près de son domicile de Paraíba, un quartier de Caicó, Rio Grande do Norte. Il a été abattu par un motocycliste qui a tiré à cinq reprises sur lui. Il est mort peu de temps après son arrivée à l’hôpital.

Connu sous le nom de F.Gomes, Francisco Gomes de Medeiros était l’un des journalistes spécialisés dans les affaires criminelles les plus respectés de cet Etat du Brésil. Dans le blog qu’il tenait chaque jour, il abordait les activités illégales telles que les élections truquées ou le trafic de drogue. Il dirigeait également le service d’information de Radio Caicó FM où il animait l’émission quotidienne « Comando Geral ».

L’Institut international de la presse indique que d’après les chiffres tirés de son « Death watch », 18 journalistes ont été tués au Brésil pour des raisons liées à leur travail au cours de la dernière décennie.

L’UNESCO est la seule agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».
Pays/thèmes connexes

      · Brésil
      · Liberté de la presse
      · Mémorial UNESCO des journalistes assassinés
      · CI - Magazine hebdomadaire
Partager cet article :
  • co.mments
  • del.icio.us
  • digg
  • Furl
  • Ma.gnolia
  • NewsVine
  • Reddit
  • Shadows
  • Simpy
  • YahooMyWeb