UNESCO.ORG | Education | Sc. exactes & nat. | Sc. soc. & humaines | Culture | Communication & Info.

WebWorld

graphic element 1

Communication et information Ressources

graphic element 2

Actualités

Communication et information – Service des actualités

La Directrice générale de l’UNESCO condamne l’assassinat de deux journalistes pakistanais

21-09-2010 (Paris)
La Directrice générale de l’UNESCO condamne l’assassinat de deux journalistes pakistanais
La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a condamné aujourd’hui l’assassinat des journalistes pakistanais Misri Khan Orakzai et Mujeebur Rehman Saddiqui, perpétrés respectivement le 14 et le 16 septembre.
« Je condamne le meurtre de Misri Khan Orakzai et de Mujeebur Rehman Saddiqui », a déclaré la Directrice générale. « En exerçant leur métier, ils apportaient leur contribution à ce droit fondamental qu’est la liberté d’expression », a-t-elle ajouté. « J’en appelle aux autorités du Pakistan pour faire tout leur possible afin d’arrêter les coupables de ces crimes et les traduire en justice ».

Mujeebur Rehman Saddiqui, âgé de 39 ans, était correspondant du quotidien Daily Pakistan. Il a été abattu par des inconnus le 16 septembre alors qu’il sortait d’une mosquée où il priait dans la région de Khyber Pakttoonkhwa, au nord-ouest du Pakistan.

Mirsi Khan Orakzai, 48 ans, était correspondant à Hangdu de plusieurs journaux, dont Jinnah à Islamabad et Mashriq à Peshawar. Il était aussi président du syndicat de journalistes de Hangdu. Il a été abattu le 14 septembre par trois individus non identifiés en face du club de la presse de Kangdu, dans la même province de Khyber Pakttoonkhwa, à la frontière avec l’Afghanistan. Il a reçu quatre balles et est mort presque immédiatement. Selon l’organisation non gouvernementale Reporters sans Frontières (RSF), son meurtre a été revendiqué par les Talibans.

L’UNESCO est la seule agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».
Pays/thèmes connexes

      · Pakistan
      · Liberté de la presse
      · Mémorial UNESCO des journalistes assassinés
      · CI - Magazine hebdomadaire
Partager cet article :
  • co.mments
  • del.icio.us
  • digg
  • Furl
  • Ma.gnolia
  • NewsVine
  • Reddit
  • Shadows
  • Simpy
  • YahooMyWeb