UNESCO.ORG | Education | Sc. exactes & nat. | Sc. soc. & humaines | Culture | Communication & Info.

WebWorld

graphic element 1

Communication et information Ressources

graphic element 2

Actualités

Communication et information – Service des actualités

La Directrice générale condamne l’assassinat d’un deuxième journaliste ougandais en trois jours

16-09-2010 (Paris)
La Directrice générale condamne l’assassinat d’un deuxième journaliste ougandais en trois jours
La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a exhorté les autorités ougandaises à mener une enquête approfondie sur la mort du journaliste de radio Dickson Ssentongo, survenue le 13 septembre. Il est le deuxième journaliste tué en Ouganda en trois jours.
« Je condamne le meurtre de Dickson Ssentongo», a déclaré la Directrice générale. « Les assassinats tragiques de Dickson Ssentongo et du journaliste indépendant Paul Kiggundu trois jours plus tôt sont une alerte pour la liberté d’expression en Ouganda et j’en appelle aux autorités ougandaises afin qu’elles mettent tout en oeuvre pour retrouver les responsables de ces crimes ».

D’après le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), Dickson Ssentongo a été frappé par des inconnus brandissant des barres métalliques alors qu’il se rendait à la station où il travaillait, Prime Radio, située dans le district de Mukono, au centre du pays. Il est mort à l’hôpital quelques heures plus tard.

Dickson Ssentongo, 29 ans, présentait les informations sur Radio Prime depuis deux ans. D’après le CPJ, il était engagé politiquement et abordait régulièrement les activités des différents partis politiques dans ses émissions.

Le 10 septembre, le journaliste indépendant Paul Kiggundu a été tué par une foule en colère pendant une manifestation à Rakai, dans le sud du pays. (voir le communiqué de presse de l’UNESCO daté du 15 septembre).

L’UNESCO est la seule agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».
Pays/thèmes connexes

      · Liberté de la presse
      · Ouganda
      · Mémorial UNESCO des journalistes assassinés
Partager cet article :
  • co.mments
  • del.icio.us
  • digg
  • Furl
  • Ma.gnolia
  • NewsVine
  • Reddit
  • Shadows
  • Simpy
  • YahooMyWeb