UNESCO.ORG | Education | Sc. exactes & nat. | Sc. soc. & humaines | Culture | Communication & Info.

WebWorld

graphic element 1

Communication et information Ressources

graphic element 2

Actualités

Communication et information – Service des actualités

La Directrice générale de l’UNESCO condamne le meurtre des journalistes mexicains Juan Francisco Rodríguez Ríos et María Elvira Hernández Galeana

06-07-2010 (Paris)
La Directrice générale de l’UNESCO condamne le meurtre des journalistes mexicains Juan Francisco Rodríguez Ríos et María Elvira Hernández Galeana
La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a condamné l’assassinat des journalistes mexicains Juan Francisco Rodríguez Ríos et son épouse María Elvira Hernández Galeana, perpétré le 28 juin dans l’Etat de Guerrero, à l’ouest du pays.
« Je condamne énergiquement le meurtre de Juan Francisco Rodríguez Ríos et María Elvira Hernández Galeana. Ces deux nouveaux assassinats endeuillent une nouvelle fois toute une profession » a déclaré la Directrice générale. « J’appelle les autorités mexicaines à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour trouver les coupables et les traduire en justice, car de tels crimes ne doivent pas rester impunis », a-t-elle ajouté.

Juan Francisco Rodríguez Ríos, correspondant du journal El Sol de Acapulco dans la ville de Coyuca de Benítez, dans l’Etat de Guerrero, et son épouse, María Elvira Hernández Galeana, journaliste indépendante, ont été abattus par des inconnus alors qu’ils travaillaient dans le cybercafé qu’ils possédaient. Rodríguez Ríos était un dirigeant local du Syndicat national des rédacteurs de presse. Selon plusieurs médias locaux, il avait récemment dénoncé le harcèlement dont sont victimes les journalistes dans la région.

D’après la Société Interaméricaine de la Presse (SIP), ces deux assassinats portent à six le nombre de journalistes tués au Méxique depuis le début de l’année.

L’UNESCO est la seule agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».
Pays/thèmes connexes

      · Mexique
      · Liberté de la presse
      · Mémorial UNESCO des journalistes assassinés
      · CI - Magazine hebdomadaire
Partager cet article :
  • co.mments
  • del.icio.us
  • digg
  • Furl
  • Ma.gnolia
  • NewsVine
  • Reddit
  • Shadows
  • Simpy
  • YahooMyWeb