UNESCO.ORG | Education | Sc. exactes & nat. | Sc. soc. & humaines | Culture | Communication & Info.

WebWorld

graphic element 1

Communication et information Ressources

graphic element 2

Actualités

Communication et information – Service des actualités

La Directrice générale déplore qu’un caméraman japonais ait été tué et un photographe thaïlandais blessé au cours des violences à Bangkok

20-04-2010 (Paris)
La Directrice générale déplore qu’un caméraman japonais ait été tué et un photographe thaïlandais blessé au cours des violences à Bangkok
La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a déploré que le journaliste Hiroyuki Muramoto, caméraman pour Reuters, ait été tué et que le photographe indépendant Winnai Ditthajorn, qui travaillait pour la chaîne australienne ABC News, ait été blessé à Bangkok, Thaïlande, le 10 avril.
« Je déplore que Hiroyuki Muramoto ait été tué et Winnai Ditthajorn blessé », a déclaré la Directrice générale. « Ils faisaient leur travail de journalistes. Leur sort met en évidence le danger auquel de courageux journalistes font face chaque jour pour que la liberté d’informer, un droit de l’homme fondamental, puisse s’exercer. J’appelle les autorités thaïlandaises à enquêter sur la mort de Hiroyuki Muramoto et à faire leur possible pour s’assurer que les journalistes travaillent en toute sécurité ».

Hiroyuki Muramoto et Winnai Ditthajorn couvraient les manifestations anti-gouvernementales dans lesquelles plus de 20 personnes ont trouvé la mort. Hiroyuki Muramoto, 43 ans, qui travaillait pour le bureau de Reuters à Tokyo depuis 15 ans, a reçu une balle dans la poitrine tirée par un inconnu. Sa mort a été constatée à son arrivée à l’hôpital. D’après certaines informations, les images tournées par sa caméra montraient des scènes d’une extrême violence dans les rues. Winnai Ditthajorn a été admis à l’hôpital avec une plaie par balle à la jambe gauche mais ses jours ne sont pas en danger.

L’UNESCO est la seule agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».
Pays/thèmes connexes

      · Liberté de la presse
      · Thaïlande
      · Mémorial UNESCO des journalistes assassinés
Partager cet article :
  • co.mments
  • del.icio.us
  • digg
  • Furl
  • Ma.gnolia
  • NewsVine
  • Reddit
  • Shadows
  • Simpy
  • YahooMyWeb