UNESCO.ORG | Education | Sc. exactes & nat. | Sc. soc. & humaines | Culture | Communication & Info.

WebWorld

graphic element 1

Communication et information Ressources

graphic element 2

Actualités

Communication et information – Service des actualités

La Directrice générale de l’UNESCO condamne l’assassinat du journaliste congolais Patient Chebeya Bankome

08-04-2010 (Paris)
La Directrice générale de l’UNESCO condamne l’assassinat du journaliste congolais Patient Chebeya Bankome
Patient Chebeya Bankome
© JED
La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a condamné l’assassinat du journaliste de télévision indépendant Patient Chebeya Bankome le 5 avril dans la ville de Béni dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC).
« Je condamne le meurtre de Patient Chebeya Bankome », a-t-elle déclaré. « Les attaques de journalistes et de travailleurs des médias constituent des agressions inacceptables envers tous les membres de la société. La liberté d’expression est un droit humain fondamental. Son corollaire, la liberté de la presse, est essentiel à un débat informé ainsi qu’à la prise de décision, aussi bien par les citoyens que par les dirigeants politiques. Je suis convaincue que les efforts entrepris pour traduire les coupables en justice seront fructueux et qu’ils dissuaderont toute nouvelle violence envers les médias », a conclu Irina Bokova.

Patient Chebeya Bankome, dit Montigomo, a été abattu par trois hommes en uniformes à son domicile de Béni. Ce journaliste âgé de 35 ans, caméraman indépendant, travaillait pour plusieurs chaînes dans la province du Nord-Kivu.

Il s’agit du sixième journaliste à être tué dans l’est de la RDC depuis 2005, selon l’organisation non gouvernementale Journaliste en danger (JED) qui a indiqué l’identité des cinq autres victimes : Pascal Kabungulu, Serge Maheshe, Patrick Kikuku, Didace Namujimbo et Bruno Koko Chirambiza. Ces meurtres demeurent impunis, selon cette organisation dont le siège est à Kinshasa.

L’UNESCO est la seule agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».
Pays/thèmes connexes

      · Congo (République démocratique)
      · Liberté de la presse
      · Mémorial UNESCO des journalistes assassinés
      · CI - Magazine hebdomadaire
Partager cet article :
  • co.mments
  • del.icio.us
  • digg
  • Furl
  • Ma.gnolia
  • NewsVine
  • Reddit
  • Shadows
  • Simpy
  • YahooMyWeb