UNESCO.ORG | Education | Sc. exactes & nat. | Sc. soc. & humaines | Culture | Communication & Info.

WebWorld

graphic element 1

Communication et information Ressources

graphic element 2

Actualités

Communication et information – Service des actualités

L’UNESCO condamne le troisième meurtre d’un journaliste au Honduras en moins d’un mois

24-03-2010 (Paris)
L’UNESCO condamne le troisième meurtre d’un journaliste au Honduras en moins d’un mois
La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a condamné l’assassinat du journaliste hondurien Nahúm Palacios Arteaga. Selon la presse, la voiture du journaliste a été criblée de balles par deux hommes armés, le 14 mars à Tocoa, dans le nord du pays. Il s’agit du troisième meurtre de journalistes depuis le début de l’année au Honduras.
« Cet assassinat est la négation du droit fondamental à la liberté de l’information constitutive d’une société démocratique », a déclaré Irina Bokova. « J’appelle les autorités à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour traduire les auteurs en justice, afin de montrer que l’impunité ne saurait être tolérée au Honduras ».

Nahúm Palacios Arteaga, 34 ans, était le directeur de l’information de la chaîne de télévision Canal 5 del Aguán, et il animait une émission sur les ondes de Radio Tocoa. Une deuxième personne qui se trouvait à ses côtés a été grièvement atteinte, tandis qu’un caméraman, assis à l’arrière, était légèrement blessé par une balle. Selon les agences de presse, les enquêteurs ont relevé une quarantaine d’impacts sur la voiture.

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) a souligné que la victime avait reçu des menaces de mort. Il avait traité de sujets sur le trafic de drogue, ou la politique locale, et il avait couvert un conflit social entre paysans et propriétaires terriens dans la région de l’Aguán.

L’Institut international de la presse (IPI) a fait part de sa sérieuse préoccupation face à la montée de la violence meurtrière contre les journalistes au Honduras. L’IPI classe ce pays au deuxième rang de la dangerosité pour les journalistes après le Mexique. La Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) a déploré le fait que les autorités n’aient pas donné d’escorte au journaliste.

L’UNESCO est la seule agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».
Pays/thèmes connexes

      · Honduras
      · Liberté de la presse
      · Mémorial UNESCO des journalistes assassinés
      · CI - Magazine hebdomadaire
Partager cet article :
  • co.mments
  • del.icio.us
  • digg
  • Furl
  • Ma.gnolia
  • NewsVine
  • Reddit
  • Shadows
  • Simpy
  • YahooMyWeb