UNESCO.ORG | Education | Sc. exactes & nat. | Sc. soc. & humaines | Culture | Communication & Info.

WebWorld

graphic element 1

Communication et information Ressources

graphic element 2

Actualités

Communication et information – Service des actualités

La Directrice générale de l’UNESCO condamne le meurtre d’une journaliste canadienne et l’enlèvement de deux journalistes français en Afghanistan

07-01-2010 (Paris)
La Directrice générale de l’UNESCO condamne le meurtre d’une journaliste canadienne et l’enlèvement de deux journalistes français en Afghanistan
La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a condamné aujourd’hui le meurtre de la journaliste canadienne Michelle Lang dans la province de Kandahar, en Afghanistan, le 30 décembre 2009. Elle a également condamné l’enlèvement de deux journalistes de la chaîne de télévision française France 3, survenu le 29 décembre dans la province de Kapisa.
« Je condamne le meurtre de Michelle Lang qui a trouvé la mort en faisant son métier de journaliste », a déclaré Irina Bokova. « La violence contre les journalistes constitue une attaque contre ce droit fondamental qu’est la liberté d’expression, elle est de fait une menace directe pour la démocratie. Je condamne également l’enlèvement des deux journalistes français de télévision, retenus en otage parce qu’ils faisaient également leur métier en rassemblant de l’information. Le sort de ces trois professionnels des médias met cruellement en évidence les dangers auxquels font face les journalistes lorsqu’ils se rendent dans des zones de conflits pour couvrir l’actualité. J’en appelle aux autorités afghanes afin qu’elles fassent leur possible pour obtenir la libération des journalistes français et prennent des mesures afin d’améliorer la sécurité de la presse dans le pays ».

Michelle Lang, âgée de 34 ans, travaillait pour le Calgary Herald et pour CanWest News Services. Elle voyageait avec quatre soldats canadiens lorsque leur véhicule a heurté une bombe artisanale. Elle était arrivée en Afghanistan deux semaines et demie auparavant. Les deux journalistes français –un reporter et un caméraman- et leur équipe afghane travaillaient pour l’émission d’actualité « Pièces à conviction », diffusée par la chaîne France 3. Ils n’ont donné aucune nouvelles depuis qu’ils ont été interceptés par des hommes armés sur une route proche d’Omarkhil, au nord-est de Kaboul.

L’UNESCO est la seule agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».
Pays/thèmes connexes

      · Afghanistan
      · Canada
      · France
      · Liberté de la presse
      · Mémorial UNESCO des journalistes assassinés
      · Médias dans les situations de conflits et de post-conflits
Partager cet article :
  • co.mments
  • del.icio.us
  • digg
  • Furl
  • Ma.gnolia
  • NewsVine
  • Reddit
  • Shadows
  • Simpy
  • YahooMyWeb

Info sur les contact(s)


    Source
  • Communiqué de presse de l’UNESCO N° 2010-02

Liens de référence

Ressources