UNESCO.ORG | Education | Sc. exactes & nat. | Sc. soc. & humaines | Culture | Communication & Info.

WebWorld

graphic element 1

Communication et information Ressources

graphic element 2

Actualités

Communication et information – Service des actualités

Le Bureau de l’UNESCO à New York célèbre la Journée mondiale de la liberté de la presse

11-05-2009 (New York)
Le Bureau de l’UNESCO à New York célèbre la Journée mondiale de la liberté de la presse
Staffan de Mistura
© Stavro Jabra
Le Bureau de l’UNESCO à New York a commémoré la Journée mondiale de la liberté de la presse par la diffusion en direct d’une vidéo de Doha (Qatar), dans laquelle intervenaient Staffan de Mistura, représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour l’Iraq, et Frank La Rue, rapporteur spécial des Nations Unies pour la liberté d’opinion et la liberté d’expression.
Une centaine d’invités assistaient au déjeuner organisé au Secrétariat de l’ONU à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse : journalistes, délégués des Nations Unies, officiels, représentants de fondations et de groupes de défense des médias.

La journaliste américaine Barbara Crossette, correspondante auprès de l’ONU pour le journal The Nation, était chargée de modérer la discussion de New York, retransmise en direct de Doha par satellite par le réseau Al-Jazira. Le sous-directeur général de l’UNESCO pour la communication et l’information, Abdul Waheed Khan, était le modérateur à Doha.

Staffan de Mistura a abordé la question du rôle des médias iraquiens dans la promotion du dialogue. “Pendant les élections provinciales, qui ont servi de test pour passer des armes aux urnes en Iraq, les médias iraquiens étaient très présents et ils ont joué un rôle crucial”, a-t-il déclaré. D’après le représentant spécial des Nations Unies, les formations organisées par l’ONU et par l’UNESCO ont été déterminantes dans la couverture médiatique des élections et ont également encouragé la participation de la nouvelle société civile.

“Les médias ont permis aux femmes et aux hommes d’avoir une image, de montrer leur visage et de dire leur nom, car ils ont pu débattre à la télévision et dans les journaux pour exprimer leur position sur les élections”, a ajouté M. de Mistura.

Sonali Samarasinghe (Sri Lanka), rédactrice en chef en exil et veuve de Lasantha Wickrematunge, lauréat du Prix mondial de la liberté de la presse 2009, participait par téléphone de son domicile.

Giampaolo Pioli, président de l’Association des journalistes accrédités auprès de l’ONU et correspondant du journal italien Quotidiano Nazionale, a lu des extraits de l’éditorial que Lasantha Wickrematunge avait écrit avant son assassinat pour qu’il soit publié après sa mort.

En évoquant l’héritage laissé par son mari, Sonali Samarasinghe a déclaré : “Lasantha aurait voulu plus de plates-formes, plus d’alliances, plus de conférences, plus d’actions et que plus de gens fassent entendre leur voix. Il rêvait pour le Sri Lanka d’une démocratie laïque, libérale, dans une société multiculturelle et multiethnique ; il rêvait d’un règlement négocié du conflit ethnique et du respect de toutes les communautés. Lasantha est mort en poursuivant ce rêve.”
Pays/thèmes connexes

      · Qatar
      · Etats-unis d'Amérique
      · Journée mondiale de la liberté de la presse - 2009
      · Liberté de la presse : Archives des actualités 2009
      · Lasantha Wickrematunge
Partager cet article :
  • co.mments
  • del.icio.us
  • digg
  • Furl
  • Ma.gnolia
  • NewsVine
  • Reddit
  • Shadows
  • Simpy
  • YahooMyWeb