UNESCO.ORG | Education | Sc. exactes & nat. | Sc. soc. & humaines | Culture | Communication & Info.

WebWorld

graphic element 1

Communication et information Ressources

graphic element 2

Actualités

Communication et information – Service des actualités

Un forum de l’UNESCO sur les médias et le dialogue entre les civilisations

05-01-2009 (Beijing)
Un forum de l’UNESCO sur les médias et le dialogue entre les civilisations
Fragment d’une présentation
lors du Forum
© Projet UE-Chine sur la
société de l’information
“Bien que les notions d’identité et d’altérité, d’universalité et de particularisme paraissent plutôt abstraites, les références civilisationnelles sont déterminantes dans notre vie quotidienne. Elles influencent la perception que nous avons de nous-mêmes, les relations avec nos voisins, le choix des chaînes de télévision que nous regardons et des technologies que nous utilisons”, a déclaré Abhimanyu Singh, directeur du Bureau de l’UNESCO à Beijing, dans son discours d’ouverture du Forum de l’UNESCO sur les médias et les TIC pour le dialogue entre les civilisations.
Le Forum qui s’est tenu en novembre dernier à l’Ecole normale de Beijing rassemblait d’éminents experts de l’agence de presse Xinhua (Chine Nouvelle), de Radio Chine Internationale, de l’Université Tsinghua, de l’Université de Communication de Chine, de l’Université des Affaires étrangères de Chine, de l’Académie chinoise des sciences sociales, ainsi que des agents diplomatiques et des représentants d’organisations internationales. De hauts dirigeants d’Al-Jazira, d’ITAR-TASS, de CCTV et de Canal France International ont fait des interventions lors d’une session spéciale dédiée au rôle des médias régionaux.

Les rencontres informelles de ce type permettant des échanges directs entre praticiens des médias et faiseurs d’opinion sont rares. Les débats ont abordé de nombreuses questions, comme les différences dans le traitement de la question tibétaine et la “montée pacifique”, l’impact d’Internet sur l’opinion publique chinoise, la cyber-civilisation, etc. “A l’heure actuelle, la Chine est souvent mal comprise par les Occidentaux”, a déclaré le professeur Wan Fan, directeur de l’Institut de relations internationales de l’Université des Affaires étrangères de Chine. Mary-Kay Magistad, correspondante à la BBC, a essayé de décrypter quelques-uns des malentendus et des préjugés les plus courants dans son intervention sur le travail des correspondants étrangers en Chine. De son côté, un représentant de l’UNESCO a exhorté tous les participants du Forum à utiliser le pouvoir des médias et d’Internet de manière constructive et non pour des querelles stériles.

Les débats de la deuxième journée du Forum ont permis d’aboutir à la conclusion que les médias devraient s’efforcer de présenter les civilisations dans toute leur complexité plutôt que d’en donner une image monolithique. Gommer la diversité qui existe au sein du monde occidental, de la civilisation arabe ou de l’Afrique ne peut que déboucher sur des simplifications et des clichés.

Une divergence est apparue quant au principe sur lequel devrait reposer tout dialogue entre les civilisations. Un camp soutenait que la priorité devait être donnée à la culture, la connaissance des autres cultures et la compréhension mutuelle comme base de tout dialogue. Les tenants de cette opinion étaient convaincus que les débats sur le traitement médiatique ou la gouvernance d’Internet pouvaient vite tourner à la controverse politique, tandis que développer la connaissance de la culture d’autres civilisations ne pouvait que promouvoir la paix et la convergence.

Le deuxième camp défendait l’idée que la communication entre les civilisations devait porter sur des questions de fond, sur les problèmes auxquels est confronté l’ensemble de l’humanité, comme la recherche sur les cellules souches, les OGM, le changement climatique, etc. Le raisonnement est que des liens plus solides se créent lorsqu’on résout ensemble des problèmes communs en partageant les ressources et les approches culturelles.

Toutefois, les deux camps ont insisté sur la nécessité de baser le dialogue sur des échanges vivants et réguliers entre les peuples de toutes les cultures et de tous horizons. Des programmes d’échange entre journalistes et étudiants ont été cités en exemple.

Le camp “culturaliste” a proposé comme mesure pratique la création d’un site consacré à la fois aux cultures traditionnelles et aux projets interculturels à Beijing. Les tenants du dialogue “de fond” ont préconisé la mise en place d’un groupe de discussion composé de représentants des médias, d’universitaires, de diplomates, de spécialistes des technologies de l’information et de représentants du secteur public. Ce groupe pourrait organiser des cycles de débats sur un sujet d’intérêt universel, comme le développement durable, les énergies renouvelables ou l’éthique sur Internet pour ne citer que quelques exemples. Les actes de ces rencontres pourraient ensuite être publiés et utilisés pour la formation des journalistes, par les chargés des affaires étrangères, le personnel des ONG, etc., ce qui permettrait au groupe de discussion d’obtenir une reconnaissance en tant que laboratoire d’idées.

La section de la Communication et de l’Information du Bureau de l’UNESCO à Beijing veille au suivi du Forum dans la perspective de promouvoir la création d’une plate-forme de dialogue médias-société qui serait permanente.
Un forum de l’UNESCO sur les médias et le dialogue entre les civilisations
Première journée du Forum
© INRULED

Un forum de l’UNESCO sur les médias et le dialogue entre les civilisations Fragment d’une présentation lors du Forum
© Projet UE-Chine sur la société de l’information
Pays/thèmes connexes

      · Chine
      · Développement des médias
Partager cet article :
  • co.mments
  • del.icio.us
  • digg
  • Furl
  • Ma.gnolia
  • NewsVine
  • Reddit
  • Shadows
  • Simpy
  • YahooMyWeb

Info sur les contact(s)


    Source
  • UNESCO

Liens de référence

Ressources