UNESCO.ORG | Education | Sc. exactes & nat. | Sc. soc. & humaines | Culture | Communication & Info.

WebWorld

graphic element 1

Communication et information Ressources

graphic element 2

Actualités

Communication et information – Service des actualités

Le Directeur général condamne le meurtre du journaliste philippin George Benaojan

06-12-2005 (Paris)
Le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, a condamné aujourd’hui le meurtre, perpétré le 1er décembre à Talisay, sur l’île de Cebu (Philippines) du journaliste philippin George Benaojan. Il a également exprimé sa consternation devant le contexte particulièrement violent dans lequel doivent travailler les journalistes de ce pays.
« Je condamne le meurtre de George Benaojan. Il s’agit d’une nouvelle atteinte à la liberté de la presse, donc à la démocratie et l’Etat de droit », a déclaré le Directeur général. Il a poursuivi : « La violence contre les journalistes atteint des proportions alarmantes aux Philippines et je tiens une nouvelle fois à saluer le courage des journalistes de ce pays qui continuent à exercer leur métier, dans un contexte particulièrement violent et malgré les menaces dont ils font l’objet ».

George Benaojan, 27 ans, travaillait à la fois pour la radio Bantay Radyo sa Cebu et pour la presse écrite. Il a été abattu le 1er décembre alors qu’il parlait à un collègue sur le marché de Talisay, dans l’île de Cebu. Selon la police locale, il avait reçu des menaces de mort. Avec deux collègues, il avait déjà échappé à une embuscade il y a un an.

Selon l’Union nationale des journalistes des Philippines (NUJP), George Benaojan est le dixième journaliste tué dans ce pays en 2005 et le 73e depuis la restauration de la démocratie en 1986.

L’UNESCO est la seule agence des Nations Unies qui a un mandat pour défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. L’article 1 de son Acte constitutif déclare que l’Organisation se propose «d'assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». Pour y parvenir l’Organisation doit favoriser « la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses et recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image…»
Pays/thèmes connexes

      · Liberté d'expression : Archives des actualités 2005
      · Philippines : Archives des actualités de 2005
Partager cet article :
  • co.mments
  • del.icio.us
  • digg
  • Furl
  • Ma.gnolia
  • NewsVine
  • Reddit
  • Shadows
  • Simpy
  • YahooMyWeb