UNESCO.ORG | Education | Sc. exactes & nat. | Sc. soc. & humaines | Culture | Communication & Info.

WebWorld

graphic element 1

Communication et information Ressources

graphic element 2

Actualités

Communication et information – Service des actualités

L'UNESCO condamne le meurtre de l’animatrice de radio afghane Shaima Rezayee

23-05-2005 (Paris)
Le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, a condamné aujourd’hui le meurtre de Shaima Rezayee, ancienne présentatrice d’une émission musicale sur la chaîne privée afghane Tolo TV.
« Je condamne l’assassinat de Shaima Rezayee. Le meurtre ne peut en aucun cas constituer une arme au service d’une politique culturelle et l’idée qu’on prenne une vie humaine à cause d’une programmation musicale est scandaleuse. Le meurtre de Shaima Rezayee est un acte criminel particulièrement lâche qui doit être puni si l’on veut aider l’Afghanistan à sortir d’un fanatisme obscurantiste qui a valu dans un passé récent d’immenses souffrances à beaucoup de gens de ce pays », a déclaré le Directeur général.

Shaima Rezayee, ancienne présentatrice de la télévision privée Tolo TV, a été abattue à Kaboul le 18 mai. Elle est la première personnalité des médias assassinée en Afghanistan à cause de son activité professionnelle depuis la fin de la guerre en 2001.

Shaima Rezayee a présenté son programme musical jusqu’au 24 mars, jour de son licenciement. Selon l’organisation non gouvernementale Reporters sans frontières, ce licenciement de Shaima Rezayee est intervenu après que le Conseil des Oulémas ait accusé le programme d’être anti-islamique et son comportement à l’écran trop libre. Tolo TV serait par ailleurs la cible de critiques permanentes de la part de leaders religieux.

L’UNESCO est la seule agence des Nations Unies qui a un mandat pour défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. L’article 1 de son Acte constitutif déclare que l’Organisation se propose «d'assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». Pour y parvenir l’Organisation doit favoriser « la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses et recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image…»

(Source: Communiqué de presse n°2005-60)
Pays/thèmes connexes

      · Afghanistan
      · Liberté d'expression : Archives des actualités 2005
Partager cet article :
  • co.mments
  • del.icio.us
  • digg
  • Furl
  • Ma.gnolia
  • NewsVine
  • Reddit
  • Shadows
  • Simpy
  • YahooMyWeb