UNESCO.ORG | Education | Sc. exactes & nat. | Sc. soc. & humaines | Culture | Communication & Info.

WebWorld

graphic element 1

Communication et information Ressources

graphic element 2

Actualités

Communication et information – Service des actualités

L'UNESCO condamne le meurtre de la journaliste biélorusse Veronika Cherkasova

25-10-2004 (Paris)
Le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, a condamné le meurtre, le 20 octobre à Minsk, de Veronika Cherkasova, employée par le journal indépendant biélorusse Solidarnost. Il a également exprimé son inquiétude suite aux informations faisant état d’atteintes à la liberté de la presse dans ce pays au cours des derniers mois.
« Je condamne le meurtre de sang-froid de Veronika Cherkasova », a déclaré Koïchiro Matsuura, avant d’ajouter : « Cette attaque particulièrement violente ne visait pas seulement une personne, elle visait toute une profession et un droit fondamental, inscrit dans l’article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme ».

Selon l’organisation internationale de défense de la liberté de la presse, l’International Press Institute (IPI), Veronika Cherkasova a été retrouvée morte dans son appartement à Minsk ; elle avait reçu une vingtaine de coups de couteau. La journaliste rassemblait des éléments pour un article sur l’activité de sectes religieuses au Bélarus.

Commentant les rapports réguliers de nombreuses organisations professionnelles faisant état d’intimidations contre les journalistes nationaux et étrangers au cours des derniers mois au Bélarus, le Directeur général a déclaré : « Je m’inquiète de ces informations alarmantes selon lesquelles serait systématiquement enfreint le droit de l’homme que constitue la liberté d’expression ».

L’UNESCO est la seule agence des Nations Unies qui a un mandat pour défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. L’article 1 de son Acte constitutif déclare que l’Organisation se propose «d'assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». Pour y parvenir l’Organisation doit favoriser « la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses et recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image…
Pays/thèmes connexes

      · Liberté d'expression : Archives des actualités 2004
      · Bélarus : Archives des actualités
Partager cet article :
  • co.mments
  • del.icio.us
  • digg
  • Furl
  • Ma.gnolia
  • NewsVine
  • Reddit
  • Shadows
  • Simpy
  • YahooMyWeb